UN DÉBUT 2019 BIEN OCCUPÉ

Mot de la première vice-présidente assurant temporairement la présidence

Au début du mois de janvier dernier, je suis en transport bénévole en direction d’un hôpital lorsque mon cellulaire sonne. Rassurez-vous, il est doté du mode mains libres, ce qui fait que je peux répondre à notre président, qui me demande, pour des raisons familiales, de prendre temporairement la relève de la présidence de l’AQRP. En tant que 1re vice-présidente, cela fait partie du contrat moral, donc j’ai accepté – mais chausser les bottines d’un Donald Tremblay, en plus d’y faire suivre les babines, je ne peux le faire que grâce au soutien de mes collègues du conseil d’administration et au dévouement et à la grande compétence du personnel de la direction générale.

Permettez-moi de faire un survol des derniers mois. Rappelez-vous que cinq associations d’aînés ont décidé de mettre leurs forces en commun pour créer une coalition et déposer, auprès des futurs élus du gouvernement, 16 revendications pour inspirer un Québec digne de ses aînés.

Comme promis, le nouveau gouvernement caquiste majoritaire à l’Assemblée nationale injecte de fortes sommes pour favoriser le maintien à domicile des personnes âgées. Il réserve aussi plusieurs millions au soutien des proches aidants et à l’ajout de places en centres d’hébergement. Enfin, conformément à sa promesse, il prévoit consacrer 2,5 milliards $ d’ici cinq ans à la construction de 30 maisons des aînés. Osons croire que 700 000 aînés réunis sous la même bannière auront été entendus et que leurs revendications ont inspiré notre nouveau gouvernement. À nous maintenant d’être vigilants et de suivre la réalisation de ses promesses.

Pour faire suite à une recommandation de notre comité de défense des droits, nous avons entrepris une tournée de rencontres des ministres et des députés de la Coalition Avenir Québec en vue de leur présenter l’AQRP et de parler avec eux d’enjeux en lien avec le bien-être et la défense des droits des aînés, notamment l’amélioration de leurs conditions socioéconomiques, l’accessibilité au réseau de la santé, la bientraitance et la sécurité. Nous souhaitons amorcer avec ce nouveau gouvernement un dialogue soutenu et ouvert en vue de préparer l’avenir du Québec, lequel, au cours des prochaines décennies, fera face à un nombre grandissant de personnes aînées alors que la population active va diminuer.

Accompagnée de Lynda Guénette, directrice générale de l’AQRP, et de Gabriel Théberge, conseiller aux communications, j’ai rencontré Mme Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants. Son accueil a été des plus chaleureux, et nous avons parlé avec elle des enjeux à l’ordre du jour et de l’avenir des aînés au Québec.

Mme Blais nous a présenté sa vision des maisons des aînés, et nous ne pouvons que souscrire à son approche, qui vise à créer un milieu de vie où les personnes aînées se réveillent à leur rythme et participent aux activités quotidiennes dans un environnement semblable à celui d’une maison. Elle donne en exemple un modèle qu’elle a visité à Sainte-Perpétue de L’Islet : « Quand je suis entrée, j’ai vu une cuisine à aire ouverte. Ça sentait la soupe chaude. L’atmosphère y était comme dans une maison, mais c’était un CHSLD. » Comment ne pas souscrire à ce modèle ? Nous soutiendrons la ministre, mais non sans lui rappeler les autres enjeux qui nous préoccupent, dont l’appauvrissement des aînés.

Et maintenant, quel plan d’action pouvons-nous adopter pour permettre aux futurs aînés et aux aînés encore actifs de vivre harmonieusement chez eux un bon quart de leur vie ? Nous pouvons certainement encourager le gouvernement à miser sur la prévention en nous incitant à adopter de saines habitudes de vie, une alimentation conforme au nouveau guide alimentaire canadien et une vie active, en soutenant nos concitoyens retraités rencontrant des difficultés, en aidant nos enfants dans leur quotidien familial et en soutenant nos petits-enfants pour leur transmettre nos valeurs – sans oublier la lutte aux changements climatiques, afin que nous laissions aux générations futures une Terre en santé.

À propos de prévention, je reprends une des réponses qu’a données le physiothérapeute Denis Fortier à Olivia Lévy lors d’une entrevue publiée dans La Presse le 11 avril dernier : « On a besoin de campagnes de prévention comme celles faites pour la cigarette, par exemple. […] Les décideurs publics doivent être cohérents. […] Cette phrase, « C’est normal, à votre âge », est insidieuse […]. » Je vous encourage à lire son nouveau livre, C’est normal, à votre âge ? Arguments musclés pour prendre votre santé en main.

Nous serons sans doute nombreux à vouloir échanger sur la vie associative de l’AQRP, ses défis et son plan d’action lors de l’assemblée générale qui se tiendra au Fairmont Le Château Montebello, en Outaouais, sous le thème des enjeux. D’ailleurs, je vous invite à y participer en grand nombre.

En terminant, je vous souhaite un printemps et un été plus cléments que l’hiver que nous venons de vivre.

 

ROSE-MARY THONNEY

2019

Mars - UNE SEULE LETTRE FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE

2018

Décembre - QUI VEUT S'APPAUVRIR ?

Septembre - UNE RENTRÉE POLITIQUE ET STRATÉGIQUE

Juin - ENTREVUE AVEC DONALD TREMBLAY

Mars - LE CLOU

2017

Décembre - 2018, L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS… NON : DE TOUTES LES OCCASIONS !

Septembre - L’ENNEMI PUBLIC NUMÉRO UN DES CITOYENS QUE NOUS SOMMES

Juin - JE, TU, IL, ELLE, NOUS, VOUS, ILS, ELLES…

Mars -  LA TENUE DE SON ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE