Maisons des aînés

Communiqué émis lors de l’annonce de ce projet

En novembre 2019, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Mme Marguerite Blais, dévoilait le nouveau concept de Maisons des aînés qui créera 2 600 nouvelles places. Elle annonçait également la transformation de 2 500 places dans des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Un projet de plus d’un milliard $.

L’AQRP salue et appuie la volonté du gouvernement de créer des milieux de vie plus humains qui permettront d’offrir une meilleure qualité de vie pour les aînés qui y habitent et qui réduiront les risques de propagation de virus. « Sans couvrir l’ensemble des besoins actuels, la création de 2 600 nouvelles places est en soi une très bonne nouvelle », avait alors souligné Rose-Mary Thonney, présidente de l’AQRP.

Une solution à tous les problèmes ?

Pas vraiment ! L’Association rappelle que ces 2 600 nouvelles places ne couvriront même pas l’ensemble des besoins actuels. Elle se demande également comment justifier que certaines personnes âgées puissent résider dans ces magnifiques établissements, avec de grandes chambres climatisées, une salle de bain privée et une douche adaptée, alors que d’autres n’auront pas ce privilège en CHSLD.  Dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, il est légitime de se demander comment le gouvernement trouvera le personnel nécessaire pour pourvoir les postes requis pour ces nouveaux établissements. Les professionnels du réseau de la santé quitteront-ils les CHSLD pour évoluer dans le milieu de travail plus intéressant offert par les maisons des aînés ? Cette situation risque d’ajouter une pression supplémentaire à un réseau d’hébergement déjà fragilisé par les coupures du passé.

Devant la situation critique provoquée par la COVID-19 dans de nombreux CHSLD du Québec, François Legault informait les journalistes en mai dernier qu’il espérait lancer le chantier pour la construction de ces maisons plus tôt que prévu et, depuis, il accélère les annonces en ce sens. D’ailleurs, la ministre responsable des aînés, Marguerite Blais, annonçait récemment une explosion de 50 % des coûts reliés à ce projet afin d’adapter les nouvelles installations pour s’assurer d’éviter les éventuels foyers d’éclosion de virus[1].

Il semble donc clair pour le gouvernement que la construction des maisons des aînés est la réponse à bien des maux reliés à l’offre de soins et d’hébergement pour les aînés. Pour l’AQRP, plusieurs inquiétudes demeurent et une certitude persiste : bien que ce projet soit emballant, il ne constitue pas une réponse à tous les problèmes.

[1] https://www.journaldequebec.com/2020/06/17/maisons-des-aines-la-facture-explosera-de-50

Frais de stationnement dans les milieux hospitaliers

Le 15 juin 2020, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann (maintenant ministre de l’Enseignement supérieur) officialisait la baisse des tarifs de stationnement des hôpitaux et des CHSLD. Il s’agit d’un dossier sur lequel l’Association travaillait depuis plusieurs années.

Les visites à l’hôpital deviennent généralement plus fréquentes au fur et à mesure que nous vieillissons. La population québécoise n’y échappe pas et de plus en plus de gens devront s’y rendre pour recevoir des soins. Une tarification excessive des frais de stationnement constitue un frein à la délivrance de soins de santé et contribue à l’isolement des aînés qui séjournent de manière prolongée dans les hôpitaux ou les CHSLD. Ces frais ne devraient pas s’ajouter au fardeau financier déjà important de la maladie.

Dans sa plateforme Pour un Québec digne de ses aînés publiée en avril 2018, l’AQRP revendiquait le stationnement gratuit pour les visiteurs dans tous les CHSLD, dans le but de briser l’isolement des résidents.

Alors que les CISSS et CIUSSS de la province ont perçu en moyenne plus de 2 000 000 $ en excédent des revenus sur les coûts en 2018-2019, l’AQRP contestait la pertinence de générer des revenus avec la tarification du stationnement. 

Climatisation dans les CHSLD

Quelles sont les personnes les plus vulnérables à la chaleur extrême ? Les personnes âgées, les personnes souffrant de troubles cognitifs ou de santé mentale et les personnes atteintes d’une maladie chronique ; en d’autres mots, une grande partie des résidents des CHSLD ! Dans un contexte de pandémie et alors que les périodes de canicule sont de plus en plus nombreuses, la situation est hautement préoccupante.

En 2013, l’AQRP avait mené une enquête sur l’état de la climatisation dans les CHSLD, révélant qu’un peu moins de 8 % des chambres étaient climatisées par l’établissement, et que 82 % des centres d’hébergement étaient munis d’au moins une salle commune climatisée.

Au printemps 2019, l’Association a envoyé des demandes d’accès à l’information aux 22 CISSS et CIUSSS de la province afin de vérifier la progression de la situation. Les données recueillies démontraient alors que 24 % des chambres des centres d’hébergement publics étaient climatisées par l’établissement, et que près de 95 % des CHSLD disposaient d’au moins une salle commune climatisée. Malgré une amélioration importante, le constat général indiquait qu’il restait beaucoup de travail à faire.

Conséquemment, le gouvernement avait prévu ajouter des unités additionnelles de climatisation dans tous les CHSLD à partir du mois de juin. Avec les périodes de canicule hâtives et devant la pression de plusieurs organismes (dont l’AQRP), ce plan a été devancé et accéléré. 

Incidemment, l’ensemble des CHSLD possèdent maintenant des « îlots de fraîcheur » où les résidents peuvent se regrouper en période de chaleur extrême. Alors que la distanciation sociale est recommandée, ce n’est certainement pas la solution idéale, toutefois, le gouvernement prétend qu’il s’agit d’une mesure temporaire et que des mesures permanentes seront mises en place à moyen terme. À cet égard, rappelons qu’il existe des solutions alternatives afin d’amoindrir la chaleur pour les résidents qui préfèrent ne pas avoir de climatisation, notamment la protection des fenêtres et des murs extérieurs. 

L’AQRP suivra de très près ce dossier et n’acceptera pas d’attendre la construction des maisons des aînés pour que cet important problème soit enfin résolu. De toute façon, leur construction ne règlera en rien le problème de vétusté des CHLSD existants. 

Articles intéressants à ce sujet :

Climatisation des CHSLD : du travail à faire, selon les retraités du secteur public

Chaleur et aînés : un « très grand défi » sous le soleil

La canicule force Québec à devancer ses plans de climatisation des CHSLD

Canicule : feu vert à l’ajout de climatiseurs en CHSLD

With early heat wave, lack of air conditioning in Quebec nursing homes a concern