À NOUVEAU CONFINÉS !

Extrait de la revue Reflets de décembre (p. 3)

Au cœur de l’été, je terminais le mot de la présidente à paraître en septembre par mon souhait d’un automne plus tranquille. Or mon souhait ne s’est pas réalisé !

Le gouvernement, pour nous rassurer, vient de diviser le Québec en zones de couleur – vert, jaune, orange et rouge –, et comme beaucoup de mes compatriotes membres de l’AQRP, je suis complètement confinée, encore plus confinée que pendant la première vague. Nous devons rester dans notre bulle familiale, sans contacts physiques avec nos enfants, nos petits-enfants et nos amis. Nous sommes devenus des spécialistes des rencontres et des réunions virtuelles – des « zoomers » ! 

C’est d’ailleurs ainsi que j’ai participé, au cours des derniers mois, aux travaux de différents comités dont vous avez déjà entendu parler, et je suis fière de leurs réalisations. Comme présidente, je vous ai représentés en assistant à toutes les rencontres du Collectif Action COVID-19 (15 organismes, six experts et chercheurs), dont le mandat peut se résumer ainsi : trouver des pistes de solution à court et à moyen terme pour protéger les droits et la santé des personnes aînées les plus vulnérables. 

Le 7 octobre, en conférence de presse, notre porte-parole Réjean Hébert dévoilait notre principale recommandation, celle de mieux soutenir les soins à domicile. La couverture a été excellente : 229 consultations de l’invitation aux médias et 13 consultations par des organismes, dont trois de l’Assemblée nationale et deux du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Le communiqué de presse du 7 octobre (Tout comme les CHSLD, le soutien à domicile doit faire partie des services essentiels durant la 2e vague de COVID-19) a été visionné 840 fois, dont 57 fois par des médias. Cela donnera aux membres du Collectif l’énergie et la conviction nécessaires pour continuer à mener le débat.

Du côté de la Coalition pour la dignité des aînés (CDA), nous avons consolidé l’organisation en invitant trois autres associations à participer à nos travaux. Nous parlons et parlerons donc au nom de 144 000 retraités ayant œuvré principalement dans les secteurs public et parapublic du Québec. Voici ce que dit le texte de notre mission : « La CDA se réunit dans un objectif d’échanges d’information, de concertation et d’identification de positions et de demandes communes pour favoriser le mieux-être des personnes aînées, le tout dans le respect des positions particulières des organisations qui la constituent. » Cela nous conduira d’ici quelques semaines à publier un document dans lequel nous présenterons 38 solutions, sous quatre thèmes, en vue de sensibiliser le gouvernement du Québec à l’importance d’assurer aux personnes aînées une vie digne, aussi bien aujourd’hui, en pleine pandémie, que demain et dans l’avenir.

Notre plus grand souhait, que nous parlions au nom du Collectif ou de la Coalition, c’est de rencontrer les principaux ministres, à qui nous tendons la main pour faire partie de la solution, parce que nous représentons nos membres et connaissons les situations dans lesquelles ils vivent ainsi que leurs aspirations. 

Ce 15 octobre, les travaux de la Tribune 2.0 ont repris et, à la suite de nos échanges, les représentants du Secrétariat du Conseil du trésor acceptent que nous reparlions des propositions déposées au terme du projet pilote de deux ans concernant l’appauvrissement des retraités. La prochaine rencontre a été fixée au printemps 2021, ce qui nous laisse le temps de revoir ces propositions en profondeur. 

Un autre dossier important a cheminé durant la période estivale, celui de la contestation de la loi dite « loi 126 » par les membres d’InterOrg. Le 1er septembre s’est tenue la conférence de gestion entre le juge Davis, le procureur du gouvernement du Québec et nos avocats, à laquelle j’ai, comme mes collègues, assisté silencieusement. À la suite des discussions, le juge Davis a décidé d’entendre notre demande d’autorisation d’exercer un recours collectif les 8 et 9 décembre prochain. Souhaitons un recul de la pandémie d’ici là, afin que nous puissions être nombreux au palais de justice à suivre les débats.

Permettez-moi, pour terminer, de sortir de mon mandat de présidente et de vous parler d’un autre organisme qui, durant ces mois de COVID-19, souffre beaucoup : Mira. Cet organisme à but non lucratif offre gratuitement des chiens d’assistance à des personnes handicapées visuellement ou intellectuellement et à de jeunes autistes. Deux fois par année naissent des chiots qui sont placés à l’âge de huit semaines dans des familles d’accueil afin qu’elles en prennent soin durant un an ou plus. Comme en mars il n’était plus possible de voyager au Québec, Mira a fait appel à des familles demeurant près de la pouponnière de Sainte-Madeleine, et, vous l’avez deviné… nous sommes devenus famille d’accueil d’un tout petit labernois né dans la période fromage, d’où son nom, Pizy. Pizy est une petite tomme concoctée par une jeune agricultrice. Alors, voilà, je partage mon temps entre l’AQRP et Pizy, qui aujourd’hui a huit mois. 

Mon plus grand souhait, et le vôtre aussi j’en suis persuadée, c’est une fête de Noël en famille.

ROSE-MARY THONNEY

2020

Septembre - CE QUE LA PANDÉMIE A RÉVÉLÉ

Juillet - UNE PRÉSIDENCE EN CONFINEMENT

Mars - DES ANNÉES 2010 AUX ANNÉES 2020

2019

Décembre - LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES, UNE MENACE ?

Septembre - MON ENGAGEMENT

Juin - UN DÉBUT 2019 BIEN OCCUPÉ

Mars - UNE SEULE LETTRE FAIT TOUTE LA DIFFÉRENCE

2018

Décembre - QUI VEUT S'APPAUVRIR ?

Septembre - UNE RENTRÉE POLITIQUE ET STRATÉGIQUE

Juin - ENTREVUE AVEC DONALD TREMBLAY

Mars - LE CLOU

2017

Décembre - 2018, L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS… NON : DE TOUTES LES OCCASIONS !

Septembre - L’ENNEMI PUBLIC NUMÉRO UN DES CITOYENS QUE NOUS SOMMES

Juin - JE, TU, IL, ELLE, NOUS, VOUS, ILS, ELLES…

Mars -  LA TENUE DE SON ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE